Abus de l’église catholique: des religieuses ont utilisé des crucifix pour v*oler des filles en France

 Abus de l’église catholique: des religieuses ont utilisé des crucifix pour v*oler des filles en France

Des religieuses ont utilisé des crucifix pour violer des filles pendant des décennies d’abus commis par des membres du clergé français qui ont vu les attaques contre 330 000 enfants recouvertes ‘’d’un voile de silence’’.

Un rapport choquant a révélé les actes d’horreur infligés par des religieuses aux jeunes filles – avec 330 000 victimes dissimulées. Les victimes d’abus au sein de l’Église catholique de France ont salué ce nouveau rapport qui estime que des centaines de milliers d’enfants ont été abusés sexuellement au cours des 70 dernières années.  Le rapport historique de 2 500 pages a été publié mardi 5 octobre, après plus de deux ans d’enquêtes par une commission indépendante.

 Une victime nommée ‘’Marie’’ a témoigné qu’elle avait été maltraitée à l’âge de 11 ans et que lorsqu’elle s’était plainte de la maltraitance à ses parents, ils refusaient de croire qu’une nonne pouvait faire une telle chose.  L’abus a continué pendant une autre année. Marie a dit : ‘’J’étais vraiment [un cadeau] pour cette religieuse… parce qu’elle savait très bien qu’elle ne risquait rien’’.

Quatre-vingt pour cent des victimes étaient de jeunes garçons âgés de 10 à 13 ans, mais de nombreuses filles ont également été maltraitées, non seulement par des prêtres mais aussi par des religieuses. Des religieuses ont utilisé des crucifix pour v*oler des petites filles ou forcé des garçons à avoir des relations s*xuelles avec elles, selon le rapport.

L’enquête a révélé qu’environ 330 000 enfants ont été victimes d’abus sexuels au sein de l’Église catholique de France entre 1950 et 2020, avec environ 216 000 personnes agressées par des prêtres et d’autres ecclésiastiques. Olivier Savignac, qui a été agressé sexuellement par un prêtre en 1993, à l’âge de 13 ans, a contribué au rapport en tant que représentant des victimes. Savignac a déclaré: ‘’Je percevais ce prêtre comme quelqu’un de bon, une personne attentionnée qui ne me ferait pas de mal. Mais c’est quand je me suis retrouvé sur ce lit à moitié nu et qu’il me touchait que j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas’’.

Il révèle que l’abus, qui a duré des années, l’a endommagé à vie : ‘’C’est comme un kyste qui grandit, c’est comme une gangrène à l’intérieur du corps de la victime et de la psyché de la victime. Nous pouvons voir à quel point c’était systémique (…) avec un nombre estimé à 216 000 victimes’’, a déclaré Savignac à Reuters, ajoutant que l’Église n’aurait pas pu ignorer quelque chose de cette ampleur. ‘’C’est un tremblement de terre, un ouragan, un tsunami (…) quand vous voyez ces chiffres, c’est tellement accablant que personne ne peut rester dans le déni, que ce soit l’Église catholique ou la société dans son ensemble’’, a-t-il ajouté.

Le pape François a exprimé mardi aux victimes sa « grande tristesse, pour leurs blessures », ajoutant qu’il était reconnaissant pour le courage dont elles avaient fait preuve en dénonçant ce qu’elles avaient vécu. Une déclaration du Vatican a déclaré: ‘’Tout d’abord [les pensées du Pape] vont aux victimes, avec une grande tristesse, pour leurs blessures. [Ses pensées vont à] l’Église de France, afin que, consciente de cette terrible réalité (…) elle puisse s’engager sur la voie de la rédemption’’, ajoute le communiqué.

Le président de la Conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a déclaré mardi ‘’nous sommes consternés’’ par les conclusions du rapport et le nombre de victimes. Il a déclaré : ‘’Ce rapport est dur, il est sévère. Nous avons entendu la voix des victimes, nous avons entendu leur nombre, ils sont au-delà de ce que nous pouvions imaginer. C’est vraiment insupportable. J’exprime ma honte, mon effroi, ma détermination à agir. Vous, les victimes, dont certaines dont je connais le nom, je veux vous dire que mon désir en ce jour est de vous demander pardon’’.

La commission qui a compilé le rapport a exhorté l’indemnisation des victimes et une action forte de l’église. Le président de la commission qui a publié le rapport, Jean-Marc Sauvé, a déclaré que l’estimation, basée sur des recherches scientifiques, comprend les abus commis par des prêtres et d’autres clercs ainsi que par des personnes non religieuses impliquées dans l’église. Le rapport indique qu’environ 3 000 ‘’pédophiles criminels’’ – dont les deux tiers sont des prêtres – se sont attaqués à des centaines de milliers de garçons, principalement de jeunes garçons, qui fréquentaient des écoles catholiques et d’autres institutions.

Environ 86% des victimes étaient des enfants de sexe masculin – dont beaucoup n’ont pas signalé les abus qu’ils avaient subis pendant des décennies. Sauvé a déclaré que le chiffre global des victimes comprend environ 216 000 personnes maltraitées par des prêtres et d’autres ecclésiastiques.

L’enquête indépendante a couvert les allégations d’abus s*xuels sur des mineurs par des prêtres catholiques français, des diacres et d’autres membres du clergé depuis 1950, et a révélé que l’abus était un ‘’phénomène massif’’ qui a été couvert pendant des décennies par un ‘’voile de silence’’. La commission indépendante, composée de 22 avocats, médecins, historiens, sociologues et théologiens, a travaillé pendant deux ans et demi, à l’écoute des victimes et des témoins et à l’étude des archives ecclésiastiques, judiciaires, policières et de presse à partir des années 1950.

Une hotline lancée au début de l’enquête a reçu 6 500 appels de victimes présumées ou de personnes déclarant connaître une victime. ‘’Les conséquences sont très graves, a déclaré Sauvé.  ‘’Environ 60% des hommes et des femmes qui ont été abusés s*exullement rencontrent des problèmes majeurs dans leur vie sentimentale ou s*xuelle’’.

François Devaux, une victime maltraitée par un prêtre désormais défroqué, a déclaré que le nombre de victimes que le rapport identifie n’est qu’un « minimum » du nombre total de personnes réellement maltraitées. ‘’Certaines victimes n’ont pas osé s’exprimer ou faire confiance à la commission’’, a-t-il déclaré, exprimant ses inquiétudes quant au fait que l’église en France ‘’n’a toujours pas compris’’ et a cherché à minimiser ses responsabilités. Le pape François a publié en mai 2019 une nouvelle loi ecclésiale révolutionnaire exigeant que tous les prêtres et religieuses catholiques du monde entier signalent les abus s*xuels du clergé et les dissimulations par leurs supérieurs aux autorités ecclésiastiques.

PATRICK BOUYE