Un audit exigé par des transporteurs à la MATCA

 Un audit exigé par des transporteurs à la MATCA

Des conducteurs de taxis compteurs d’Abidjan ne sont pas du tout contents. Ils exigent absolument qu’un audit soit opéré au sein de la Mutuelle d’assurance des taxis compteurs d’Abidjan (MATCA). Ils l’ont fait savoir au cours d’un point de presse organisé le mardi 13 juillet dernier à Cocody. Au cours de cette rencontre avec les journalistes, la coalition de syndicats de transporteurs conduite par Shaka Doumbia et le président du syndicat des taxis compteurs d’Abidjan (STCA), ont levé le ton pour dénoncer ce qui se trame à la MATCA. Shaka Doumbia n’est pas passé par quatre chemins crier son ras-le-bol. ‘’Depuis 2012 et 2014 une nouvelle équipe s’est installée de force à la MATCA. Les dirigeants font croire que tout va bien. Alors que des sociétaires se plaignent d’une mauvaise gestion’’, déplore-t-il.

Par ailleurs, le président du STCA trouve des zones d’ombres subsistent depuis 2013 dans la gestion des dirigeants de la MATCA qui ont pris fonction peu après cette date.  Selon Shaka Doumbia, les zones d’ombres sont les honoraires d’avocats évalués à 300 millions de FCFA, la rénovation à hauteur de 250 millions de FCFA du bâtiment qui abrite la MATCA, l’achat d’une résidence à un tiers sans motif et l’absence de pièces justificatives dans un rapport d’audit démarré en 2013.

Cependant, la coalition de syndicats des transporteurs interpellent le Premier-ministre, Patrick Achi et le Ministre des transports, Amadou Koné. Parce que des questions n’ont jamais été élucidées et c’est sur cette base que les dirigeants de la MATCA ont assis leur gestion. D’ailleurs, Doumbia Shaka trouve inconcevable que la MATCA ait choisi de confier l’audit interne de la structure à un certain François Kouadio qui serait le frère du DAF Kouadio Kouamé. ‘’Ce n’est pas normal’’, dénonce t-il. Avant de souligner : ‘’Nous interpellons le Ministre des transports et le Premier-ministre Patrick Achi à ce sujet’’. Mieux, il a exigé de la même manière que l’État a diligenté des enquêtes dans le secteur public,  une mission d’enquête devrait être lancée dans les entreprises privées, notamment à la MATCA,  soupçonnées de gestion opaque. ‘’Nous interpellons aussi la  Conférence interafricaine des marchés d’assurance (CIMA). Qu’elle ne se fasse pas complice de la MATCA’’, lance-t-il. Cette action de la coalition de syndicats de transporteurs rentre dans la droite ligne et la vision, vivement prônée par le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara. Qui encore exige la transparence et la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire.

Patrick Bouyé

PATRICK BOUYE