Un homme qui s’est évadé de prison en Australie il y a près de 30 ans se rend à la police

 Un homme qui s’est évadé de prison en Australie il y a près de 30 ans se rend à la police

Un fugitif de 64 ans s’est présenté à un poste de police de Sydney pour se rendre près de 30 ans après s’être évadé de prison à l’aide d’une scie à métaux et de coupe-boulons.

Darko Desic a décidé de retourner en prison parce que le confinement l’a rendu sans emploi et sans abri, ont rapporté les médias. Desic s’est rendu au poste de police de Dee Why, sur les plages du nord de Sydney, et s’est vu refuser une libération sous caution lorsqu’il a comparu mardi devant un tribunal du centre-ville, accusé de s’être évadé en 1992, selon un communiqué de la police. Cette accusation est passible d’une peine de sept ans de prison.

Le confinement à Sydney, qui a commencé en juin, avait coûté à Desic son travail d’ouvrier et d’homme à tout faire, a déclaré des sources policières anonymes au Daily Telegraph de Sydney et à l’Australian Broadcasting Corp.

Il a dormi sur la plage dans la nuit et s’est dit : « Bon, je vais retourner en prison où il y aura un toit au-dessus de ma tête », a déclaré une source. Desic avait 35 ans lorsqu’il s’est échappé d’une prison de Grafton, à 390 miles au nord de Sydney, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1992.

La police affirme qu’il a utilisé des outils tels qu’une scie à métaux et des coupe-boulons pour couper les barreaux des fenêtres de sa cellule et la clôture d’enceinte. Il avait purgé 13 mois d’une peine de trois ans et demie pour avoir cultivé de la marijuana. Né en ex-Yougoslavie, Desic a déclaré à la police qu’il s’était évadé parce qu’il pensait être expulsé dans son pays une fois sa peine purgée. Il craignait d’être puni pour ne pas avoir effectué son service militaire obligatoire dans son pays.

PATRICK BOUYE